header

Repères biographiquesalt 

 

  Né à Mons le 5 juillet 1900. Il fait de brillantes études aux académies de Mons et Bruxelles de 1920 à 1923, où il suit les cours de Fabry, Delville, Richir et Anto-Carte. Par ailleurs Navez a passé le plus clair de ses années d'apprentissage dans les ateliers de décoration.
Il termine son écolage chez F.P. Colpaert, peintre verrier à Bruxelles.
1923 Prix Godecharles "Les âges de la femme"
Il part avec Léon Devos à Paris. Il y est décorateur et dessinateur de billets de banque. Les deux amis font la fête, flânent le long des quais de la seine, et rencontrent Modigliani. Ils résident rue M. Le Prince juqu'en 1928
1928 Ce sera pour l'artiste une année-clé :
Il se marie le 26 mars avec Lulu Jouanne. Leur fils Serge naît le 23 juillet.
Il devient membre fondateur de Nervia et est le premier du groupe à décrocher si jeune le prix de Rome de Peinture
1929

Professeur à l'Académie des Beaux-Arts de Mons, il le restera jusqu'en 1946.
Il part à Florence avec Anto-Carte. Tout deux s'émerveillent de la peinture italienne et en retirent pour leur peinture une philosophie et un enseignement capital.

1930 Prix du Hainaut. Il réalise les cartons de vitraux pour l'abbaye de la Cambre
1935 Il est chargé de travaux officiels pour l'Exposition à Bruxelles. Pour le pavillon du Commissaire général, il peint des fresques pleines de sérénité.
Il illustre 6 lithograhies originales "Pureté", un recueil de 6 poètes Belges : Armand Bernier, Edmond Vandercammen, Maurice Carême, Odilon J Perier A. Marin et R. Vivier
1939 Membre fondateur du groupe Orientations, composé de Pierre Caille, AliceFrey, Léon Devos, Léon Navez ,Marcel Stobbaerts, Georges Grard, Antoine Vriens, Marie Howet et tant d'autres. Une première exposition a lieu en mars 1940.
En 1949 il est secrétaire de Présence composé de Willequet, Jacques Maes, Géo Mommaerts,Léon Devos, Maurice Wijckaert, Fernand Debonnaires.
Il illustre" Mère", recueil de poèmes de Maurice Carême.
1940 C'est chez lui, Rue aux Laines, que se  rencontrent pour la première fois les organisateurs du "Faux Soir", journal résistant. Navez leur présente Marc Aubrion, qui deviendra le promoteur du projet. Résistant, Navez deviendra de facto communiste.
1945 Dans l'après-guerre, l'art de Navez change sous l'influence du cubisme, et de Braque particulièrement. Il peint de manière sommaire, en quelques traits et s'éloigne de sa première manière très dessinée.
1946 De Mons, il retourne à Bruxelles pour enseigner à l'Ecole nationale supérieure d'Architecture et des Arts décoratifs de la Cambre.
1948 Décès de Lulu, sa première épouse. Son art s'en ressent.
1948

Il développe un art qui s'apparente au fauvisme brabançon, laissant plus de place à la couleur tout en conservant la ligne. Il crée des formes dans lesquelles viennent s'insérer les coloris.

Fin 1949, à l'occasion de sa nomination au poste de Directeur à l'Académie de Mons, il rédige une lettre dans laquelle il explique sa pédagogie. Il affirme qu'il est dangereux dans un établissement officiel de tenter des expériences et trouve que l'enseignement ne s'adapte pas par essence aux nécessités du temps. Toutefois, il est intimement convaicu que l'artiste doit innover. On trouve dans ce texte sa perpétuelle hésitation entre tradition et nouveauté. Il insiste aussi sur la collectivité dans le travail, souci qui n'est pas sans rappeler Nervia et ses valeurs de solidarité et d'union.

1954 Professeur à l'Ecole Technique féminine du Hainaut à Saint Ghislain. Prix René Steens. Il se remarie avec Annie Deronne, qui lui insuffle le goût de la vie. Sa peinture s'éclaire d'une toute autre vision. Elle l'influencera fort dans son art.
1956 Il part au Congo en compagnie de son épouse pour y retrouver son fils. Au retour de ce voyage, il renforcera sa recherche d'épuration de la ligne. Son art se dirige vers un dépouillement total. Il revient à une peinture intimiste, faite de scènes de la vie quotidienne et détachée de l'accessoire. On peut dire que finalement cette peinture est le résultat de sa grande recherche au cours du temps. Les mots de Jan Cox s'appliquent particulièrement bien à lui: "Faire avec les moyens les plus purs, les choses les plus simples qui touchent notre coeur. Que chaque couleur chante, que chaque ligne ait son rythme; que tout soit à sa place sans superflu."
1957 Membre correspondant de la Classe des Beaux-Arts de l'Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique (A.R. 4.7.57). Il réalise la série de verres gravés pour le Palais provincial de Mons.
1958 Membre du Comité de l'Exposition'58, section des Beaux Arts
Fin des années'50, il s'essaie au japonisme, montrant une fois encore sa volonté de recherche de nouvelles formes.
   
1965 Maurice Carème fait appel à lui pour illustrer son recueil de poème," La Bien aimée"
1967

Il décède le 21 août d'un cancer des poumons dans sa maison de l'avenue Walckiers à Auderghem.


Dans son allocution à l'occasion du vernissage du 69ème salon du Bon Vouloir, Fernand Gommaerts souligne que "Léon Navez n'a recherché ni les consécrations ni les honneurs ; ils lui sont venus par son seul mérite."

De Navez, Léon Eeckman affirme que "son oeuvre traduit son caractère.

Le dessin a toujours été le fond de son art, il l'a agrémenté, completé par ses diverses interprétations de la peinture tout en gardant une expression figurative. Il a été réceptif et sensible à toutes les application de l'art. Il a tiré les lecons de l'art abstrait pour les incroporer au figuratif. " Georges Marlier dans Vingt années de peinture et de sculpture en Belgique dira de lui : " Léon Navez est un poète qui a gardé la nostalgie du temps ou la machine n'avait pas encore asservi les êtres humains ni souillé la nature. "